Le Plugin Flash est nécessaire pour voir ce fichier.

type="application/x-shockwave-flash" pluginspage="http://www.macromedia.com/shockwave/download/index.cgi? P1_Prod_Version=ShockwaveFlash">
Session de formation des membres du CEDS Club Méditerranée du 29 au 30 octobre 2009) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 02 Novembre 2009 00:00


Cette session s'est déroulée du 29 au 30 octobre 2009 au village de De Balïa (Portugal)

 

Le programme détaillé :

Présents :

Italie : Luigi TRONCI, Giuseppe AQUIA
Grèce : Mikalis KRITICOS, Sotiris PAPAS
Portugal : José Manuel DA PALMA CORREIA
France :Djamila SELLI, Etienne DAKICHE, Patricia CAPELLE, Gérard DRU
EFFAT : Christian JUYAUX

JEUDI 29 0CTOBRE 2009DI 29 OCTOBRE 09


Accueil des participants et présentation de leurs réalités sociales :

José : on parle, depuis des années, mais le système de travail et l’organisation est toujours le même. Les GE ne sont pas reconnus.

Sotiris nous a fait part du feu en fin de saison à Grécolimano, ou le personnel GO et GE ont fait des efforts surhumains contre l’incendie.

Mikalis constate que le management ne dit rien de ce qui doit se passer demain ! Le village de Kos qui était un bijou est en ruines et les subventions ont été gaspillées.

Etienne confirme que les retours qu’il a des villages Europe – Afrique, c’est un manque de personnel et des surcroits de travail pour tous. Après interpellation de la direction générale celle-ci a du s’expliquer sur la baisse des prestations et les prix des villages trop élevés.

Gérard fait part des résultats connus au 17 octobre 2009 soit une diminution du chiffre d’affaires de -12,5% pour l’été 2009 sur celui de 2008, et un remplissage à ce jour de moins 24,4% sur le prévisionnel pour la saison d’hiver 2010.

Pour Djamila, la stratégie de montée en gamme du Club Méditerranée n’a pas porté ses fruits et nous sommes passés de 120 à 80 villages dans le monde.

Patricia relate le plan prévu de 90 licenciements au Centre d’appels de Saint Ouen, mais après des négociations, les délégués ont obtenus 30 reclassements dans le groupe Club Méditerranée, et de meilleurs indemnités pour la mobilité externe et les départs volontaires.

Giuseppe affirme, la direction ne nous a pas écouté, il n’y a plus de fraternité dans les villages, on assiste à la fin du Club Méditerranée. Avant il y avait des réunions des délégués avec les chefs de village, maintenant plus rien.

Christian s’interroge sur le développement de la partie européenne du Club Méditerranée ? Les délégués des villages, vous constatez une dégradation des conditions d’emploi, mais quelles sont les questions à poser à la direction générale sur sa stratégie à 3-5 ans en termes de clientèle (commercial) de finances (évolution du capital) et de ressources humaines (Emploi et compétences) pour mieux envisager l’avenir ?

Présentation du projet stratégique MAGELLAN

A l’aide du diaporama ci-joint Olivier BORIE chef de projet Magellan décline dans chaque village du Club Méditerranée ce projet stratégique.

EAF (Europe Afrique) c’est 59 villages, 60% du CA et 8350 GE et GO
Asie c’est 9 villages, 11% du CA et 2280 GO et GE.

Pour la satisfaction du client, les 4 chantiers de MAGELLAN sont :


· Infrastructures (site, déco, bâtiment)
· Prestations (restauration, service hôtelier et loisirs, SPA)
· Esprit GO/GE (disponibilité, accompagnement des clients)
· Organisation et mode de fonctionnement.

, le Club Méditerranée a élaboré une politique de développement durable avec une charte du voyageur pour un tourisme responsable et un Eco guide. De plus au-delà des réalisations écologiques à Albion dans l’Ile Maurice et à Cap Skirring au Sénégal, le village d’Opio en Provence a obtenu en mars 2008, l’Eco label pour les hébergements touristiques. Il est aujourd’hui le seul village de vacances en France à avoir reçu cette certification européenne.
VENDREDI 30 0CTOBRE 2009

Comment préparer les GO/GE pour faire le Club Méditerranée de demain avec ceux qui y travaillent aujourd’hui dans le cadre d’une approche de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ?

Dominique RIERA, avocat présente la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences comme outil pour permettre l’employabilité de tous, en partant du projet d’accord négocié en France (texte en annexe) et en le transposant dans les autres pays.

Mikalis s’exprime contre la mobilité et les négociations conventionnelles qui sont contre la Loi et les droits des employés.

José se demande pourquoi rechercher du personnel ailleurs dans une période de chômage en Europe.

Christian présente les enjeux pour les travailleurs (priorité à l’emploi local, réembauche possible d’une saison sur l’autre, encadrement par un engagement de la direction avec les syndicats sur les conditions sociales de la mobilité) dans l’accord sur les droits fondamentaux au travail et la mobilité des GE dans la zone Europe Afrique signé en juillet 2009.

Pour Luigi cet accord est important pour permettre à tous les GE des 2 rives de la méditerranée de bénéficier de la libre circulation en Europe.

Etienne rappelle que nous en avons parlé plusieurs fois et que tous ont pu avoir l’accord. Maintenant on présente notre démarche de GPEC et libre à vous de le décliner dans votre pays.

José confirme que nous sommes tous dans le même bateau et que ce sont les syndicats qui peuvent signer.



Mise à jour le Mercredi, 20 Janvier 2010 06:37
 

Publications / Presse

Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2015


Communiqué de presse du 20 février 2015
CA du 1er novembre 2014 – 31 janvier 2015

-> A télécharger ici

 

 
Résultats annuels 2014 - 28 novembre 2014

La stabilité des résultats 2014 dans un contexte très dégradé Europe-Afrique confirme la résistance du business model.
3/4 du ROC Villages réalisés par l'Asie.

-> A télécharger ici