Le Plugin Flash est nécessaire pour voir ce fichier.

type="application/x-shockwave-flash" pluginspage="http://www.macromedia.com/shockwave/download/index.cgi? P1_Prod_Version=ShockwaveFlash">
Quel avenir pour les travailleurs du Club Méditerranée ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Jeudi, 14 Août 2014 11:08

Ce groupe touristique d'origine française gère une soixantaine de villages de vacances dans plus de 40 pays à travers le monde et a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 1483 millions d'€ dont 72% en Europe-Afrique, 14% aux Amériques et 13% en Asie. Pour accueillir, animer et gérer ses clients (les Gentils Membres = GM) le Club Med emploie prés de 23 000 salariés qui travaillent comme animateurs, cuisiniers, serveurs, etc., dont 12 827 personnel de service (Gentils Employés = GE), 3859 salariés permanents à l'année (Gentils Organisateurs = GO) et 6 286 Gentils Organisateurs saisonniers.

Dans la situation actuelle d'OPA (Offre Publique d'Achat) de cette multinationale du Tourisme, EFFAT a interviewé le Secrétaire du Comité Européen de Dialogue Social (CEDS) du Club Med.



EFFAT : Quelle est l'histoire du Club Med ?


Secrétaire du CEDS : En 1950, le fils d'un diamantaire Belge, Gérard BLITZ, a fondé une association pour passer des vacances hédonistes au bord de la Méditerranée. Peu après son fournisseur de tentes, la famille TRIGANO, l'a aidé financièrement, et Gilbert TRIGANO a trouvé formidable cette idée d'un Club de vacances, sans classe sociale, sans argent (quant tu as payé ton séjour) et sans interdit.

Cette innovation a été une révolution dans le domaine du tourisme avec les sports à volonté, la vie en paréos, le logement en case, les repas conviviaux autour des buffets et chaque soir une soirée festive. Dans cette période le Club Med est devenu un ilot de bonheur dans le gris du travail de reconstruction en Europe.

Dés les années 70, le Club Med développe son activité au plan international, en Afrique, aux Caraïbes et dans les Amériques, puis en Asie. En 2000, le Club Med c'est plus de 120 villages de vacances dans plus de 40 pays à travers le monde.

 

EFFAT : Et syndicalement, comment les travailleurs se sont t'ils organisés ?


Secrétaire du CEDS : Jusqu'au début des années 80, il existait dans certains pays des organisations syndicales pour défendre localement le personnel de service (cuisiniers, serveurs, et autres employés locaux) et un Syndicat Indépendant du Personnel du Club Med (SIPCM) qui ne s'occupait que des GO (Gentil Organisateur) salariés à l'année au Club Med.

Puis en février 1982, une grève du personnel de service Tunisien et Marocain débute dans les villages alpins, pour obtenir la régularisation de ces travailleurs migrants. Après 3 ans de conflit social, ces travailleurs qui ont rejoint la CFDT obtiennent la négociation d'un accord sur l'emploi avec la garantie de réembauche d'une saison sur l'autre.

Peu à peu les responsables syndicaux découvrent que cette entreprise gère son personnel au plan international, pas simplement ses cadres et animateurs (les GO détachés dans les différents pays), mais aussi le personnel de service (appelé maintenant GE : Gentil Employé) qui viennent l'hiver travailler dans les villages des Alpes.

Devant cette volonté du personnel de service de s'organiser syndicalement, la direction réagit en soutenant la création d'un syndicat FO du Club Med (premier délégué syndical Hubert GUILBERT, le directeur France). Aujourd'hui en France il y en a 4 syndicats représentatifs dans le groupe Club Med (FO, CFTC, UNSA, CFDT), mais aussi des délégués et des adhérents des organisations syndicales dans la plupart des villages en Europe (Grèce, Italie, Portugal) et en Afrique (Maroc, Tunisie, Turquie, Sénégal, Ile Maurice), coordonnés par EFFAT-UITA.

 

EFFAT : Comment le Comité Européen a t'il été constitué et quel est son rôle ?


Secrétaire du CEDS : Du fait de l'activité internationale du Club Med, l'UITA avait des rencontres régulières avec la direction générale, et en 1994, quand les premières directives sur les Comités d'Entreprises Européens sont publiées, EFFAT (à l'époque SETA-UITA) propose la création de cette structure de concertation sociale au Club Méditerranée.

En 1996, après 2 ans de négociation (et juste avant la transposition de la directive du droit social français) l'accord sur la création du Comite Européen de Dialogue Social du Club Méditerranée (CEDS) est signé. Il prévoit l'information, la réflexion, la consultation au niveau communautaire sur la situation économique et l'emploi (notamment en cas de licenciements collectifs). Cet accord précise que les représentants du personnel sont au nombre de 15 (7 Français, 3 Italiens, 2 Espagnols, 2 Grecs, 1 Portugais) auquel s'ajoute un représentant du SETA-UITA.

Sous l'impulsion du bureau (1 Français, 1 Italien, 1 Grec et le représentant du SETA-UITA devenu EFFAT) le CEDS est intervenu dans la mise en place d'une déclaration commune sur la sous-traitance, puis lors de la fermeture des villages en Espagne et en Grèce, et en 2009 avec l'UITA pour la négociation d'un accord sur les droits fondamentaux au travail et sur la mobilité transnationale des GE de la zone Europe Afrique. Le CEDS a toujours été présent lorsqu'un problème social se présentait dans un pays.

C'est la raison pour laquelle le CEDS propose d'élargir son champ d'intervention à l'ensemble des pays de la zone Europe-Afrique (Union Européenne, Turquie, Maroc, Tunisie, Sénégal, Ile Maurice) et d'intervenir sur la Responsabilité Sociale de l'Entreprise.

Actuellement la direction refuse toute évolution, argumentant sur des obligations juridiques et privilégiant comme instance représentative du personnel le Comité d'Entreprise français du CMSA (qui représente principalement les GO à l'année salariés en droit français).

 

EFFAT : Pourquoi ces OPA (Offre Publique d'Achat) sur le Club Méditerranée ?


Secrétaire du CEDS : En 2004, le nouveau PDG Henri Giscard d'Estaing est venu présenter au CEDS son plan stratégique de montée en gamme (Cap sur l'Incomparable) lequel a abouti 10 ans plus tard à une réduction de prés de la moitié des villages (121 en 2000 pour 64 en 2014) et dans le même temps à une réduction des contrats de travail du personnel saisonnier, avec une sous-traitance de l'emploi dans certains sites, sans que la rentabilité de l'entreprise soit atteinte.

La direction générale actuelle prépare depuis plus de 2 ans un changement stratégique en développant l'activité du Club Med en République Populaire de Chine et en organisant ainsi une OPA amiable avec le conglomérat Chinois FOSUN associé aux 400 managers du Club Med (les chefs de village et cadres de l'entreprise) et un partenariat avec ARDIAN qui est le fond d'investissement des assurances AXA. Dernièrement l'homme d'affaire Italien Andrea BONOMI a fait une contre OPA et le Conseil d'Administration du Club Méditerranée vient de valider la conformité de cette offre aux intérêts de la société.

Lors de la réunion du bureau du CEDS en mars 2014, la Directrice des Ressources Humaines du Groupe Club Med nous a présenté un plan stratégique 2013-2016 avec la continuation de la montée en gamme par l'ouverture de 12 nouveaux villages (dont 6 en Asie, 3 aux Amériques et 2 en Europe-Afrique) et parallèlement à la fermeture de 8 villages de la zone Europe-Afrique avec l'objectif d'un retour sur les capitaux investis qui doivent doubler en 2014 et quadrupler en 2015.

Pour cela elle envisage une gestion RH flexible avec des contrats de travail à durée déterminée en fonction du taux d'occupation des établissements du Club Med et l'accroissement de l'externalisation de la main d'œuvre dans les villages en contrat de management.

A la réunion extraordinaire du 28 juillet 2014, les membres du CEDS ont présenté une déclaration commune concernant les OPA du Club Méditerranée. Nous avons décidé d'interpeller par écrit les initiateurs des deux OPA pour connaitre les impacts sociaux de leurs futures stratégies pour l'avenir de celles et ceux qui par leur travail font vivre le Club Méditerranée.

 

EFFAT : Comme Secrétaire du CEDS Club Med qu'en penses-tu ?


Secrétaire du CEDS : Devant la violence des réactions de la direction face à cette déclaration commune, aux pressions exercées sur les délégués et les salariés de l'entreprise pour signer des pétitions, voire le mépris des membres du CEDS, on peut s'interroger sur les intérêts personnels des dirigeants de cette entreprise dans l'OPA Chinoise !

Depuis 18 ans que le CEDS existe nous avons connu une période de construction issue d'un dialogue social de qualité, adapté aux besoins des travailleurs ainsi qu'aux contraintes de l'entreprise. Depuis l'arrivée de la nouvelle DRH en 2012, je déplore une volonté de nous contourner en informant préalablement les instances du personnel en France, en ne répondant pas à nos demandes et en entravant le fonctionnement du CEDS.

Quelque soit l'évolution du capital du Club Med, dans la crise actuelle du Tourisme en Europe, tout laisse à craindre pour la situation sociale des salariés de cette entreprise et en particulier pour les plus précaires (les GE dans les villages). Il est donc primordial d'informer et de mobiliser l'ensemble des délégués et des organisations syndicales. Dans ce but, nous organisons une formation des membres du CEDS élargie à tous les délégués et représentants syndicaux les 20 et 21 octobre 2014 à Hammamet en Tunisie.

 

Mise à jour le Jeudi, 14 Août 2014 11:13
 

Publications / Presse

Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2015


Communiqué de presse du 20 février 2015
CA du 1er novembre 2014 – 31 janvier 2015

-> A télécharger ici

 

 
Résultats annuels 2014 - 28 novembre 2014

La stabilité des résultats 2014 dans un contexte très dégradé Europe-Afrique confirme la résistance du business model.
3/4 du ROC Villages réalisés par l'Asie.

-> A télécharger ici